Les différences entre copropriété horizontale et verticale

Si vous êtes décidé à investir dans l’immobilier, il est possible que vous soyez amené à devoir choisir entre une copropriété horizontale et une copropriété verticale. En effet, les acquéreurs qui choisissent d’investir dans certains appartements, maisons ou pavillons peuvent se retrouver intégrés au sein d’une copropriété.

On distingue deux types de copropriété : l’horizontale et la verticale. À quoi correspond chacune d’elles ? Quelles sont les différences entre copropriété horizontale et verticale ? Voici quelques éléments de réponse.

Copropriété horizontale et copropriété verticale : à quoi correspondent-elles ?

Si elles partagent bien évidemment des points communs, chacune de ces deux formes de copropriété revêt ses propres spécificités, que cela concerne le bâti, la gestion ou encore la configuration. Explications.

Copropriété horizontale : pour les maisons individuelles

quartier-residentiel-maison

Une copropriété horizontale correspond à un ensemble de plusieurs maisons. Il s’agit en fait de copropriétés individuelles construites les unes à côté des autres que l’on appelle également « copropriétés pavillonnaires ». Le fonctionnement d’une copropriété horizontale est régi par un syndic. Une copropriété horizontale peut présenter 2 spécificités précises en termes de configuration et de bâti :

  • Les maisons mitoyennes partagent au moins un mur en commun ;
  • Les maisons sont physiquement séparées les unes des autres, mais sont bâties sur un même terrain, que chaque parcelle soit ou non délimitée.

➡️ La particularité d’une copropriété horizontale est que seule la maison est une partie privative. Le principe qui régit cet ensemble de copropriété pavillonnaire est celui de la copropriété de sol. Tout, sauf la maison, constitue les parties communes de la copropriété (bâtiments collectifs, voirie, équipements techniques), y compris le terrain sur lequel la maison est bâtie.

Copropriété verticale : pour les immeubles

Une copropriété verticale correspond à un ensemble d’appartements situés dans un immeuble. Son fonctionnement est régi par un syndic. Les copropriétaires possèdent un lot qui se compose d’une partie privative (leur appartement), ainsi que d’une quote-part des parties communes (« tantième ») servant à définir le niveau de charges dont chaque propriétaire doit s’acquitter.

Les différences entre copropriété horizontale et verticale

Voici les principales différences entre ces deux formes de copropriété :

  • La typologie des acheteurs –> le profil de l’acquéreur d’un bien en copropriété verticale est davantage caractérisé par un besoin d’indépendance;
  • La configuration –> la partie privative d’un bien en copropriété horizontale se limite à la seule maison;
  • Accord préalable pour des travaux –> dans le cadre d’une copropriété horizontale, un accord issu d’une assemblée générale est obligatoire, contrairement à une copropriété verticale.